HMS 3D SANITATION

Rappel gratuit automatique
HMS, un partenaire au service de votre Environnement !

La force d’un groupe, la réactivité en plus !
  • Le saviez-vous ? - Le "repas" d'une punaise de lit dure 10 à 15 min ! Et elle peut piquer jusqu'à 90 fois par nuit...

Le bac à graisses des restaurants et traiteurs

Le bac à graisse est un système de pré-traitement des eaux des restaurants. L'installation du bac à graisses est obligatoire lorsque le règlement d'assainissement le prévoit.

Bio traitement des bacs à graisse

Contexte réglementaire
La réglementation oblige toute activité industrielle, y compris les restaurants, à prétraiter leurs effluents pour les rendre conforme à leurs normes de rejet. L’autorisation d’exploiter leur activité commerciale est soumise à un engagement de respect des normes de rejet.
Seulement 25% à 30% des restaurants disposent aujourd’hui d’un prétraitement des eaux usées. Les établissements de restauration hors foyer (RHF) rejetant en majorité leurs eaux usées chargées de déchets directement dans les réseaux publics. Chez les RHF équipés en majorité de bacs à graisses traditionnels, les pompages des bacs sont effectués au mieux, tous les trois ou quatre mois, alors que la norme européenne depuis novembre 2002, prévoit un pompage mensuel et recommande un pompage tous les quinze jours.

Les agences de l’eau sont renseignées par les stations d’épuration et les services d’assainissement du problème croissant, lié aux graisses transportées dans les égouts. Les effluents graisseux peuvent dégrader les ouvrages d'assainissement et gêner le traitement des eaux s'ils sont rejetés directement dans le réseau d'assainissement collectif.

Afin d'éviter ces nuisances, les collectivités rendent généralement la mise en place d'un bac à graisses obligatoire dans leurs règlements d'assainissement et lors de la délivrance des autorisations de déversement (obligatoire en cas de rejet dans le réseau collectif).

Même si l'installation d'un bac à graisse est conseillée afin de prétraiter l'eau graisseuse usée, elle est obligatoire si le règlement d'assainissement applicable le prévoit.

Entretien du bac à graisses : Nécessité de l'entretien

L'entretien régulier du bac à graisse conditionne son efficacité.

Une gestion optimale suppose de réaliser une vidange par mois. Il est fortement conseillé d’assurer un nettoyage régulier du bac (vidange + curage).

Pour l'entretien, la plupart des entreprises effectue des vidanges par aspiration.

Les résidus graisseux du bac sont des déchets qui doivent être collectés et traités par une entreprise spécialisée. Une vidange bien réalisée se termine par un remplissage en eau claire et un remplissage des ornières avec un mélange eau/huile végétale pour assurer une bonne étanchéité des odeurs. Les résidus graisseux ne peuvent en aucun cas être rejetés aux égouts ou mêlés aux ordures ménagères.

Les conséquences du mauvais entretien du bac à graisses

Si le bac à graisses n'est pas vidangé et curé régulièrement, la couche superficielle de graisse va s'épaissir et, au bout de quelques semaines, elle va se mettre à fermenter et à dégager de mauvaises odeurs.

Par ailleurs la couche de déchets située en fond de bac va augmenter et s'élever. Par conséquent, l'espace entre les deux couches (déchets et matières grasses) diminue et les eaux usées chargées en graisses traversent le bac à graisses avec une vitesse plus élevée, qui ne laisse pas le temps aux graisses de remonter en surface et de se coller contre la couche de graisse superficielle. Il en résulte un rendement du bac en forte diminution voire nul car il ne retient plus les graisses et va même parfois larguer partiellement les graisses déjà captées.

NOS SOLUTIONS BIOLOGIQUES - BIOTRAITEMENT DES GRAISSES

Les eaux usées provenant de l’activité humaine et industrielle transportent des quantités importantes de graisses. Celles-ci, peu miscibles à l’eau, engendrent de nombreux problèmes : dépôts dans les canalisations et les ouvrages du réseau jusqu’à obstruction partielle, voire totale, réduction de l’efficacité des stations d’épuration par diminution de l’aération, développement d’organismes filamenteux.

Ils permettent de retenir les graisses d’origine animale et végétale contenues dans les eaux résiduaires de cuisines, restaurants, cantines, abattoirs, industries agro-alimentaires.
L’objectif est double, la protection des canalisations, et la protection de l’environnement (protection des égouts et stations d’épuration).

Simplifier la gestion et l’entretien de votre B.A.G. Evite la formation d’une couche de graisses en surface du bac. Espace les vidanges et supprime les odeurs. Système écologique et respectueux de l’environnement (moins de pompage, réduit les traitements de destructions des graisses en filière spécialisée).
Cout d’entretien nettement inférieur. Réduisez par 2 ou 3 le nombre de vidanges annuels !

Règlement sanitaire : interdit “…d’introduire dans les ouvrages publics, toute matière solide, liquide ou gazeuse susceptible d’être la cause directe ou indirecte d’un danger pour le personnel d’exploitation, des ouvrages d’évacuation et de traitement, soit d’une dégradation des dits ouvrages ou d’une gêne dans leur fonctionnement… “.

Loi sur l’eau (3 janv. 1992) : elle impose aux immeubles et installations existants autres que l’habitat d’être dotés d’un dispositif de traitement des effluents autres que domestiques, adapté à l’importance et à la nature de l’activité.

La norme européenne (depuis novembre 2002), prévoit un pompage mensuel et recommande un pompage tous les quinze jours. Les agences de l’eau sont renseignées par les stations d’épuration et les services d’assainissement du problème croissant, lié aux graisses transportées dans les égouts

AVANT TOUTE MISE EN PLACE D’UN SYSTEME DE BIOTRAITEMENT, LE BAC DOIT AVOIR ETE VIDANGE !

1. / Etape de démarrage indispensable : REVITALISER LE B.A.G
Cela permet aux populations bactériennes spécifiques de prendre le dessus sur les populations endogènes. Apporte les nutriments indispensables à la dégradation des graisses.

2. / Deux solutions de traietements possibles.

  • A. TRAITEMENT AUTOMATIQUE (METHODE CONSEILLEE)
    Installation d’un incubateur. Il aère (système de bulleur) et chauffe l’eau à 37°C, avant d’injecter toutes les 3 heures, 3 litres de concentré. Pas de limite de repas journalier. Durée de vie d’un mois. Espace les vidanges. (vidange divisée par 2 ou 3). Atténue voir élimine les odeurs.
    Avantage : système automatique. Espace les vidanges, atténue voir élimine les odeurs.
  • B. TRAITEMENT MANUEL
    Diffusion de bactéries et nutriments en poudre ou sous forme liquide. Espace les vidanges. (vidange divisée par 2 ou 3). Atténue les odeurs.
    Avantage : cout maitrisé, système simple à mettre en place. Pas de modification de l’installation. Espace les vidanges, atténue les odeurs.
    Inconvénient : Traitement à effectuer par le personnel de l’entreprise. Risque d’oubli…